Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
02 Mar

Alabama Monroe

 - Catégories :  #CINEMA

Alabama Monroe a remporté hier soir le César du meilleur film étranger

et concours ce soir aux Oscars dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère.

Tout ce que l'on aime dans le cinéma est dans ce film,

ici au MM.BLOG on lui a déjà donné l'oscar.

Alabama Monroe

Le Film : Didier et Élise vivent une histoire d'amour passionnée et rythmée par la musique.

Lui, joue du banjo dans un groupe de Bluegrass Country et vénère l'Amérique.

Elle, tient un salon de tatouage et chante dans le groupe de Didier.

De leur union fusionnelle naît une fille, Maybelle...

Quatrième film du belge Félix Van Groeningen, qui avait fait parler de lui en 2009

avec La Merditude des choses, Alabama Monroe est à l'origine une pièce de théâtre,

The Broken Circle Breakdown, coécrite par Johan Heldenbergh, l'interprète de Didier.

En regardant Alabama Monroe, impossible de deviner le lien du film avec le théâtre,

tellement le réalisateur propose un spectacle de caméra,

plus encore qu'un spectacle musical.

Gros plans langoureux sur les corps, chorégraphies chaloupées autour des musiciens,

belles lumières artificielles :

Félix Van Groeningen tient à ce que l'écran apporte quelque chose à la pièce,

et le trouve dans ce mouvement infatigable autour de l'histoire et des corps.

Son enthousiasme visuel se traduit jusque dans ce rare souci des raccords qui tissent

des sens cachés d'une scène à l'autre.

Alabama Monroe

Le Storytelling : L'histoire se raconte et repart de zéro, par bribes, retours en arrières,

avancées fulgurantes dont on ne saisit pas forcément le sens au premier abord.

Mais on se laisse d'emblée entraîner dans ce tourbillon :

la science du montage nous livre les clefs au compte goutte et on reconstitue le tout,

bout par bout, car dans la vie rien n'est jamais blanc ou noir,

les lignes ne sont jamais droites,

et c'est toutes ces nuances que Félix Van Groeningen nous donne à voir,

petit à petit, pour nous laisser le temps de dresser le tableau tout entier.

Alabama Monroe

La musique y tient lieu de respiration quand elle ne ponctue pas le drame,

et tout ce qui touche à la musique trouve une forme de grâce :

- Didier s'interrompt de chanter pour expliquer à Elise le sens de sa chanson,

avec des mots tout simples, et c'est une scène qui "soulève" le film...

- Elise chante, la voix rauque, un chant de deuil qui parle soudain d'elle seule,

la caméra affolée s'apaise un instant, comme frappée de pudeur,

et la chanson, brusquement, suffit...

Le film prend son essor dans cette humilité soudaine,

face aux talents de conteuse de la musique !

.

Vous trouverez Alabama Monroe dans FILMS NOUVEAUX

et sa bande son dans NEWS.

Et juste un petit teaser pour ne pas se gacher la surprise ...

Commenter cet article

Archives

À propos

UN "BLOG NOTE" CULTUREL.